Les personnes désirant acquérir une nouvelle propriété se confrontent aujourd’hui à un paradoxe. En effet, il faut dire que le moment n’a jamais été aussi propice pour souscrire à un crédit immobilier. Cependant, les propriétés disponibles sur le marché se font particulièrement rares. Qui plus est, les offres immobilières existantes ne semblent pas au goût des aspirants. Dès lors, comment se comportent les acheteurs face à une telle situation ?

Des concessions face à une offre immobilière quasi inexistante

Il faut souligner que les établissements se sont montrés plutôt généreux ces dernières années. En effet, les banques ont accepté de faire des efforts en vue de faciliter les financements des projets immobiliers des clients. De ce fait, la disponibilité des fonds nécessaires n’est plus le principal problème pour les acquéreurs. Cependant, cet assouplissement de l’accès au crédit immobilier a un revers de la médaille. Les offres immobilières alléchantes sont de nos jours très rares.  Ainsi, leur souci majeur est de dégoter un logement répondant à toutes leurs exigences. En vérité, réussir à trouver une propriété située dans la localité de votre choix et satisfaisant à tous vos critères semblent quasi impossible. Conscients de la dure réalité du marché immobilier actuel, les acheteurs se voient dans l’obligation de faire des concessions. Ils sont naturellement amenés à revoir leurs exigences à la baisse. De ce fait, certains d’entre eux vont volontiers accepter de s’offrir une maison ou un appartement moins grand. D’autres, par contre vont convenir d’acheter un logement se situant à des lieux de la zone initiale espérée, et les chiffres des professionnels de la question confirment cette situation. En effet, leurs données démontrent que 73% des nouveaux acheteurs de biens immobiliers ne sont pas emballés par les propriétés disponibles. Cette nouvelle donne se justifie de par le fait que le ratio entre promoteur immobilier et acquéreur est presque nul. Il est actuellement d’environ 1 vendeur pour 1,5 acheteur. Enfin, certains diront que la différence n’a rien d’alarmant. Mais, les ménages français ressentent ces inconvénients à l’échelon national.

A Paris, l’immobilier ne connaît pas de crise

Faut-il le rappeler, les logements dans la capitale française sont très onéreux. Pour s’offrir une propriété à Paris et en Ile-de-France, il faut être particulièrement aisé. Par ailleurs, la richesse ne suffit pas. En plus de cela, il faut être rapide et sentir les bons coups. Toutefois, malgré la cherté des biens immobiliers en région parisienne, les logements se vendent comme des petits pains. L’immobilier ne connaît pas de crises dans la capitale. Il faut remarquer que les logements mis en vente ne s’éternisent jamais sur le marché. Par ailleurs, il est constaté régulièrement une flambée des prix du fait de la demande élevée. En dépit de tous ces points négatifs, les clients sont de plus en plus enclins à investir dans l’immobilier à Paris. Ils estiment qu’il serait avisé de s’offrir dès maintenant une propriété dans cette région. Ces personnes craignent une montée exorbitante des tarifs dans les mois à venir.

Credit Leader* est une marque  de Courtiers Associés. Courtiers Associés est immatriculée au registre de l’ORIAS en tant que Courtier en opérations de banque et en services de paiement (COBSP),  Courtier d’assurance ou de réassurance (COA), sous le numéro 16 00 0423 (site : www.orias.fr) et soumise au contrôle de l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (ACPR – site : acpr.banque-france.fr), 4 Place de Budapest – CS 92459 -75436 Paris Cedex 09 -Tel : +33 1 49 95 40 00-Fax :+33 1 49 95 40 48 – Email : bibli@acpr.banque-france.fr.
Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.
2019 Copyright Courtiers Associés. Tous droits réservés. Mentions légales.