L’obtention d’un prêt immobilier s’apparente, aujourd’hui, à un vrai chemin de croix pour les seniors. Pourtant, les taux d’intérêt des crédits immobiliers n’ont jamais été aussi avantageux pour les débiteurs. Ainsi, selon des données fournies par des courtiers en crédit, seulement 40% des personnes âgées de 60 ans réussissent à avoir un prêt immobilier auprès des banques. A contrario, 60% des jeunes âgés de 30 ans et plus obtiennent chaque année des crédits immobiliers. Qu’est-ce qui pourrait bien expliquer cette tendance ?  Le principale coupable serait l’assurance des seniors.

Une augmentation de la prime d’assurance au premier janvier dernier

Dans un tel contexte, serait bien inspiré celui qui souscrit à un prêt immobilier avant d’atteindre l’âge de 60 ans. Il faut d’abord savoir que les établissements bancaires obligent, en règle générale, aux débiteurs de rembourser leur crédit immobilier avant l’âge de 75 ans. Ce qui peut être particulièrement compliqué pour les personnes âgés sachant que les mois sont moins nombreux. Un autre élément important tient au fait que l’espérance de vie est plus menacée chez les seniors. Les risques de problème de santé sont, en effet, bien plus élevée pour les personnes âgées de plus de 60 ans. De ce fait, le prix de leur assurance sera majoré de 1% sur leur taux d’intérêt. Par ailleurs, il faut remarquer que la situation s’est empirée pour les seniors. En effet, depuis le début de l’année 2019, la prime de l’assurance a vu une augmentation. Qui plus est, la fiscalité est devenue bien plus contraignante pour les demandeurs seniors. Ils doivent ainsi satisfaire à des taxes liées aux garanties de décès, d’invalidité et d’incapacité de travail et d’emploi. A cela, s’ajoute des taxes spéciales sur les conventions de prêt. Ainsi donc, ce sont des dizaines d’euros que devront payer les seniors, en plus du taux de 9% lié aux garanties.

Un dépassement du taux de l’usure est fort probable

Il faut noter que l’augmentation des taxes de l’assurance a comme corollaire un non-respect des limites de l’usure. En effet, si vous y ajoutez les frais de dossier, la somme totale va largement dépasser le taux normal d’usure. Or, il est clair que les établissements financiers ne peuvent pas se permettre un tel écart. Ainsi, les banques refuseront de fournir les fonds sollicités par l’emprunteur senior.

Le recours à une assurance moins couteuse pour rester dans les règles

Dans ce cas, pour respecter le taux d’usure normal, il est préférable de souscrire à une assurance peu onéreuse. Cela est certainement la solution la plus efficace. Une autre solution à explorer consiste à réduire la quotité (la part du capital assuré). Ainsi, s’il s’agit d’un couple, il pourrait de s’assurer à moitié. Au lieu d’assurer à 100% chaque conjoint, la compagnie n’assurera qu’à 50% chacun d’entre eux.

En définitive, retenez qu’un tel tracas ne concerne pas les seniors aisés. En effet, les banques accepteront de donner des crédits immobiliers, sans aucune assurance,  à des personnes possédant un patrimoine considérable.

Courtiers Associés est immatriculée au registre de l’ORIAS en tant que Courtier en opérations de banque et en services de paiement (COBSP),  Courtier d’assurance ou de réassurance (COA), sous le numéro 16 00 0423 (site : www.orias.fr) et soumise au contrôle de l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (ACPR – site : acpr.banque-france.fr), 4 Place de Budapest – CS 92459 -75436 Paris Cedex 09 -Tel : +33 1 49 95 40 00-Fax :+33 1 49 95 40 48 – Email : bibli@acpr.banque-france.fr.
Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.
2019 Copyright Courtiers Associés. Tous droits réservés. Mentions légales.