Le marché de l’immobilier connait d’importantes mutations qui ne laissent personne indifférente. Cette évolution se distingue notamment par une hausse drastique au niveau des tarifs notamment le coût du logement en zone dense. Ce qui inquiète profondément les acteurs du domaine qui ont peur d’une éventuelle explosion du secteur. Cette inflation se poursuit depuis une vingtaine d’années avec bien sûr son lot de conséquences, entre autres : production insuffisante de logements au niveau du public comme du privé, part des propriétaires occupants stagnante, accession à la propriété dans le neuf pour les classes moyennes en pleine reflux, etc…

Une problématique générale de manque de terrains

Le nœud du problème se situe dans le manque général de terrains. Bien sûr, il est important de distinguer le manque de terrains disponibles et constructibles au manque de terrains tout court. Ceci a pour conséquence, notamment au niveau d’un pays comme la France, une inflation notoire sur les prix. Ce qui provoque d’énormes tensions qui ont surpris plus d’un. Et alors, son impact sur le système s’est avéré assez violente et réelle, et ce depuis bien longtemps. En effet, cette dernière décennie a vu un accroissement du foncier à 71%, avec une part importante dans la formation du tarif de sortie des logements neufs qui a connu en moyenne une augmentation au double, près de 20%. Au niveau de la zone tendue ainsi que les métropoles, la part du prix du terrain dans le bilan du promoteur est allée jusqu’à même 60 %.

Une situation surprenante ? Pas vraiment !

Dire que cette inflation au niveau du marché de l’immobilier ainsi que ses effets violents sont une surprise serait peut-être exagérer. En effet, certains spécialistes avaient d’ores et déjà senti la bombe à retardement. Malgré tout, la question du foncier est demeurée reléguée au second plan. Pendant ce temps, il n’y avait personne pour véritablement prendre le mal à bras le corps, la baisse des taux d’intérêt a mis de l’huile sur le feu. Ainsi, les investisseurs et accédants ont absorbé des tarifs qui n’ont rien à avoir avec leur solvabilité de base. Et au fil des années, la tendance de hausse des prix de l’immobilier ne semble nullement s’inverser. Il y a donc urgence à trouver rapidement des solutions selon le gouvernement français.

Les parlementaires sont appelés à agir en urgence

L’Etat, conscient de l’urgence d’agir pour enrayer cette situation, a par la voie du Premier Ministre sollicité une mission parlementaire. En effet, Jean-Luc Lagleize, député centriste de la Haute-Garonne, et président de la commission « Aménagement et politique foncière » de Toulouse Métropole, s’est vu confié cette mission parlementaire. Celle-ci consiste à parvenir à des solutions fortes dans le but de mobiliser le foncier, d’accroitre son offre et de maîtriser les tarifs, et également apporter des innovations importantes en termes d’ingénierie économique et juridique. Dans l’urgence d’agir, le député a déjà entamé sa mission, soutenue par des hauts-fonctionnaires. Il a déjà rencontré certains acteurs et professionnels de l’immobilier. Des voyages sont également prévus pour aller voir ce qui se fait de mieux notamment au niveau d’autres pays d’économies similaires.

Credit Leader* est une marque  de Courtiers Associés. Courtiers Associés est immatriculée au registre de l’ORIAS en tant que Courtier en opérations de banque et en services de paiement (COBSP),  Courtier d’assurance ou de réassurance (COA), sous le numéro 16 00 0423 (site : www.orias.fr) et soumise au contrôle de l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (ACPR – site : acpr.banque-france.fr), 4 Place de Budapest – CS 92459 -75436 Paris Cedex 09 -Tel : +33 1 49 95 40 00-Fax :+33 1 49 95 40 48 – Email : bibli@acpr.banque-france.fr.
Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.
2019 Copyright Courtiers Associés. Tous droits réservés. Mentions légales.